Homélies dominicales de Michel Capé, curé de Stavelot
( Enregistrées et mises en ligne par J-Ph. Legrand)

Pour votre confort d'écoute, étant donné la réverbération de l'église Saint-Sébastien, je vous conseille de mettre un casque.
NB : Notre curé ne lit pas un texte lorsqu'il prononce ses homélies, il regarde l'assemblée.
Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises (Révélation, 2:7)

 

 

Homélie du 12 janvier 2020. Le baptème de Jésus
Imagine à qu'à chaque battement de ton coeur, le père te dit "Je taime"

Évangile du jour
« Dès que Jésus fut baptisé, il vit l’Esprit de Dieu venir sur lui »
(Mt 3, 13-17)

Alors paraît Jésus.
Il était venu de Galilée jusqu’au Jourdain
auprès de Jean,
pour être baptisé par lui.
Jean voulait l’en empêcher et disait :
« C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi,
et c’est toi qui viens à moi ! »
Mais Jésus lui répondit :
« Laisse faire pour le moment,
car il convient
que nous accomplissions ainsi toute justice. »
Alors Jean le laisse faire.

Dès que Jésus fut baptisé,
il remonta de l’eau,
et voici que les cieux s’ouvrirent :
il vit l’Esprit de Dieu
descendre comme une colombe et venir sur lui.
Et des cieux, une voix disait :
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé
en qui je trouve ma joie. »

La kénose est une notion de théologie chrétienne exprimée par un mot grec, ????s??, « action de vider, de se dépouiller » ; le sens de cette notion dans le christianisme s'éclaire par l’Épître de Paul aux Philippiens (Ph 2,6) :

« Lui qui est de condition divine, n’a pas revendiqué jalousement son droit d’être traité comme l'égal de Dieu. Mais il s'est dépouillé (?????se?) lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix ! »

— Traduction de la Bible de Jérusalem, 1975

Cette notion a suscité de nombreux développements d’une théologie qui insiste beaucoup sur l’abaissement de Dieu. Par amour, Dieu se dépouille de ses autres attributs divins comme la toute-puissance, la gloire, l’impassibilité, la perfection, l’auto-suffisance, la Providence qui gouverne le monde. La théologie de la kénose aborde le mystère du mal en affirmant que c’est d’abord Dieu qui souffre et non l’homme : « Mais non, Dieu ne permet jamais le mal, il en souffre, il en meurt, il en est d’abord la victime1 » (Source: Wikipédia)


 


Réalisation : Jean-Philippe Legrand - Avec l'aimable autorisation de M. Capé.